Réseau solidarité

Se ressourcer spirituellement - penser globalement - agir localement

Accueil > Engagements > Associations > Atelier de l'Acojed
Catégories : social
Rédacteurs :
Thérèse Schwab
Publication : 27 octobre 2011
Mise à jour : 18 novembre 2011

Rencontres providentielles

L’Accojed (Action congolais pour la jeunesse en danger) cherche à promouvoir la formation dans des petits métiers pour favoriser l’auto-prise  en charge. Le pasteur Alfred, qui avait vu mon atelier de poterie à Saint-Blaise, m’a demandé de lancer cette activité, pendant que l’épouse du collègue de Jean-Claude initiait un groupe de tricot.

expo acojedJe le voyais déterminé mais pensais que c’était une tâche impossible. Pourtant le premier matin déjà, il m’a mise en contact avec un potier qui connaissait une carrière d’argile, à 30 km de là. Lorsque j’ai fait un premier essai j’ai vu qu’elle réagissait autrement que la nôtre et se craquelait sous mes doigts.

Deux jours plus tard, je fais une autre rencontre celle du jeune potier Arobase, qui suit l’Académie des Beaux-Arts et donne quelques cours à l’école de Lisanga. Ce garçon, c’est un vrai  Kirikou, vivant, en réalité, dans la ville de Kinshasa. C’est lui qui est venu m’épauler pour l’atelier de l’Accojed, qui a malaxé la terre, qui a apporté les modèles de bougeoirs, de vases, que les stagiaires ont réalisé avec une habilité remarquable.

Deux groupes de 20 personnes sont venues se serrer tous les matins dans le petit bureau de l’Accojed, sans mobilier, sans outils, et ont fait des merveilles.
 
Quatre semaines plus tard j’écrivais:
«A l’atelier de poterie, la grande traversée est faite. Cette semaine une quarantaine de casseroles avec couvercles ont vu le jour. L’ardeur à la tâche me touche et je découvre à quel point ils sont heureux de retrouver la tradition de la poterie qu’ils ont connue au village: «Le repas avait bien meilleur goût quand on le cuisait dans les casseroles d’argile, et l’eau restait plus fraîche!»

Une vision à long terme
Le but des responsables de l’Accojed est que les activités que nous avons initiées (le tricot et la poterie) deviennent des activités permanentes et permettent une auto prise en charge des personnes démunies. La poterie continuera avec le jeune potier Arobase et frère Léon, l’évangéliste, une fois par semaine. Nous avons choisi 10 personnes qui vont continuer à se former en vue de devenir formateurs.