Réseau solidarité

Se ressourcer spirituellement - penser globalement - agir localement

Accueil > Engagements > Echanger > Entre agrotourisme et solidarité
Catégories : environnement, écologie
Rédacteurs :
Thérèse Schwab
Publication : 25 mai 2010
Mise à jour : 26 septembre 2010

Être paysan aujourd’hui

Cherchant à faire des liens entre les retombées de la mondialisation sur le sort des paysans du Nord et du Sud, la Commission protestante romande suisses-immigrés (CPRSI), a invité Monsieur Claude-Eric Robert, agriculteur au Locle, à partager son expérience. Il est bien placé pour en parler puisqu'il exploite un domaine agricole ancestral dans sa ferme au Bressel dans le canton de Neuchâtel, et qu'il est même temps le fondateur d'une ONG engagée au Burkina Faso.

Le parcours de cet agriculteur est exemplaire dans sa manière de faire face à la crise en cherchant à s'adapter à la conjoncture et en s'ouvrant à de nouvelles entreprises, comme le tourisme rural.

Nous partageons des échos de cet entretien, complété par nos recherches personnelles.

Autour de la ferme, qui date de 1626, classée monument historique, il a construit de ses propres mains une série de chalets en madrier pour l’accueil des touristes ainsi qu’un kota finlandais, où son épouse et lui offrent la possibilité de prendre un repas dans un lieu inédit quel que soit le temps qu’il fait.
Voir le site du tourisme rural


Il a créé l'Association Jéthro en l'an 2000. Elle a pour but d'enseigner les pratiques de base en agriculture et élevage aux cultivateurs de brousse.
 Elle lutte contre la pauvreté et la désertification au travers d'un développement durable et autogéré à long terme. Cette organisation est fondée sur des valeurs chrétiennes et s'adresse aux paysans les plus démunis, sans distinction sociale ou religieuse.

Voir le site de l'ONG
et la video, sur le site Clair de lune, qui permet de voir l'action de l'Association dans le terrain.


Lutte pour la survie, au Nord comme au Sud

Le Cycle de Doha, initié par l’OMC justifie la libéralisation du commerce international comme outil de développement des pays pauvres. Elle s’avère, en réalité être une tentative des pays riches, des corporations et des puissants lobbies de s’accaparer des avantages sur les marchés agricoles. Les négociations sont focalisées sur le commerce libre plutôt que sur le commerce équitable. Les retombées de la mondialisation, du libre-échange et de l'abolition des droits de douane sont catastrophiques pour les paysans.

Dans le Sud les contraintes imposées par les pouvoirs politiques et économiques ont un effet dévastateur qui provoquent un exode rural massif, soit vers la ville, soit vers les pays riches, quand ce n’est pas vers… le suicide, comme c’est le cas en Inde. En 2009, 1'500 fermiers se sont suicidés collectivement en Inde, dans la province de Chattisgarh, un phénomène récurrent, puisque les chiffres officiels font état de 1'000 suicides mensuels… depuis plus de quinze ans. La cause principale: l'endettement des paysans lié à l'achat de semences OGM et de pesticides qui ne font que les rendre captifs d'un système dont ils n'arrivent pas à se libérer.

 

La suite de l'entretien traite de la situation en Suisse où l'on assiste à une tiers-mondialisation de l’agriculture.