Réseau solidarité

Se ressourcer spirituellement - penser globalement - agir localement

Accueil > Engagements > Initiatives et référendums > Campagne carême 2010
Catégories : environnement, économie, politique
Rédacteurs :
Thérèse Schwab
Publication : 4 février 2010
Mise à jour : 6 mars 2010

La campagne œcuménique de carême:
Un engagement en faveur du commerce équitable

Misons sur un commerce juste

Les règles du jeu du commerce international sont injustes: elles mettent en péril le droit à l’alimentation des populations les plus pauvres du Sud. Tel est le slogan de la campagne 2010 (17 février au 4 avril).

Les consommateurs que nous sommes semblent impuissants face à cela! Pourtant, nous sommes les seuls responsables de nos actes d’achats qui influencent sérieusement la politique d’approvisionnement des grands distributeurs.

Il est possible de faire autrement en adoptant un rôle de consomm’acteur: en soutenant dans le Sud les petits producteurs et en consommant ici en Suisse des produits locaux de saison et issus du commerce équitable. Les petits ruisseaux ne font-ils pas les grandes rivières ?

Pour en savoir plus: www.droitalimentation.ch

Aujourd’hui, on estime à plus d’un milliard le nombre de personnes qui souffrent de la faim dans le monde. Pourtant, la production actuelle d’aliments suffirait à nourrir toute la planète.


Dans le cadre de la campagne, la paroisse de l'Entre-2-Lacs soutient un projet Pain pour le Prochain.

Juste prix pour le beurre de karité

Le village de Sesuala est entouré d’arbres de karité. Leur ombre est un bienfait et le beurre extrait de leur noix rend beau. Les femmes récoltent, concassent, cuisent avant de pétrir la masse collante jusqu’à ce qu’elle soit claire et souple. Puis elles se rendent au marché de la petite ville de Po afin de vendre leur crème de beauté.
Au sud du Sénégal, plus de 60% des femmes dépendent du commerce du beurre de karité.

Depuis peu, les fabricants de cosmétiques européens et nord-américains ont découvert les vertus du beurre de karité. Malheureusement, ceux-ci ne s’intéressent qu’aux noix brutes. Prétextant un manque de qualité des cosmétiques artisanaux, ils préfèrent acheter la matière première à bas prix pour la transformer eux-mêmes. La main-d’œuvre ne les intéresse pas.

Dans le cadre du programme de l’EPER, cofinancé par Pain pour le Prochain, les femmes apprennent à améliorer la qualité de leur beurre de karité. Elles prennent conscience de leur compétitivité au-delà de leur frontière et vendent leur précieux produit sans se faire exploiter.   

C’est à ce genre de projet que vous participez en soutenant, par votre don, la campagne de printemps. Votre soutien est précieux. Soyez-en remercié d’avance !

Pour le conseil de communauté locale:
Serge Attinger (Président), Anouk Gillabert (Trésorière), Marinette Masci (Déléguée Terre Nouvelle),                  Marie-Chloé Inversin (Déléguée Terre Nouvelle).