Réseau solidarité

Se ressourcer spirituellement - penser globalement - agir localement

Accueil > Engagements > Liens > Chantier ouvert
Catégories : environnement, écologie, social
Rédacteurs :
Thérèse Schwab
Publication : 18 août 2008
Mise à jour : 23 août 2008

«Chantier ouvert au public» - le Vieil Audon, village coopératif

par Béatrice Barras, éd. Repas

 

Lorsqu'au début des années 1970 quatre copains découvrent les ruines abandonnées du village ardéchois du Vieil Audon et décident de lui redonner vie, ils ne savent pas ce qu'ils déclenchent. L'aventure commence comme un rêve. Mais il se réalise à la sueur de leur front, grâce à leur volonté qu'aucun obstacle n'arrêtera, grâce à leurs capacités pratiques et à leur générosité. Ils relèvent leurs manches et s'attèlent à la tâche sans plan préconçu ni un sou en poche.

Le Viel Audon:
 «Une formidable école de la vie !»

C'est le début d'une aventure qui verra passer sur ce «chantier ouvert au public» plus de 10'000 jeunes qui apporteront chacun une pierre à l'édifice. Grâce aux camps de travail bénévoles ils ont, en 30 ans, reconstruit le village pierre par pierre. A l’image des anciens bâtisseurs, ils ont extrait le sable au fond de la rivière et les pierres dans des terrains avoisinants. Tout a été transporté à mains nues, de main à main par les chaînes humaines. Mais le Vieil Audon n'est pas seulement un lieu où l'on construit. C'est aussi un lieu où l'on se construit. Le chantier est devenu école et les jeunes qui y ont passé ont aussi expérimenté un «chemin de faire» pour mener leur propre route.

Trente cinq plus tard, le randonneur qui traverse par hasard le Viel Audon, découvrira un ensemble architectural impressionnant, des jardins, des bêtes, une exploitation agricole qui fabrique du fromage de chèvres et croisera de très nombreuses personnes dont beaucoup de jeunes. Le hameau blotti dans les gorges de l'Ardèche, toujours inaccessible en voiture, bruissant d'une vie riche et innovante, recèle un «trésor» qu'il partage avec tous ses visiteurs.

Entre le village abandonné d'hier et la ruche d'aujourd'hui que s'est-il passé? Ce livre raconte sur plus de trente-cinq ans comment des ruines oubliées sont devenues un lieu de vie, d'apprentissage, de formation, de découverte, un véritable village coopératif et écologique. La dizaine de maisons et leurs annexes sont aménagées de manières à recevoir des séminaires de toutes sortes, des groupes, des stages. Des enfants sont initiés au jardinage, à la fabrication du pain, à la découverte du cycle de l’eau entièrement récupérée qui retourne à la rivière. Ces stages de formation à la connaissance de l’environnement ont peu à peu remplacé les chantiers d’été, et des classes, des organisations de jeunesse viennent ici accomplir des stages avec leurs élèves.

C'est cette aventure que raconte Béatrice Barras, une des quatre personnes fondatrices. Pour l'occasion interrogé de nombreux acteurs de cette histoire dont la parole nous est ainsi restituée. L'accent est mis sur la dimension pédagogique et coopérative de ce projet, vaste chantier de jeunes qui a marqué la plupart de ceux qui y sont passés. Des jeunes qui repartent avec une graine appelée liberté plantée dans leur tête, graine si urgente à semer et à faire grandir au cœur d’une société où tout est fait pour endormir notre conscience et nous vouer à la consommation passive de biens superflus alors que nous mourrons de pénurie des valeurs essentielles.