Réseau solidarité

Se ressourcer spirituellement - penser globalement - agir localement

Accueil > Qui nous sommes > Lettres > automne 2009
Rédacteurs :
Thérèse Schwab
Mark Haltmeier
Publication : 3 octobre 2009
Mise à jour : 5 avril 2011

Chers amis,

A quelques dizaines de jours des prochaines votations fédérales (29 nov.) et de l'ouverture de la conférence de Copenhague (7-18 déc.), et après une célébration festive à la Vue-des-Alpes le dimanche 4 octobre, nous sommes heureux de vous partager nos récentes découvertes et pensées nées de la confrontation à la crise et de la recherche de sens au cœur d'une actualité... «brûlante» !

Si pour certains, nous nous approcherions de la fin du monde, d'une apocalypse, le théologien allemand Jürgen Moltmann dans un de ses derniers livres: «In the end… the beginning» voit dans la fin un commencement.

La crise est un moment où nous avons rendez-vous avec nous-mêmes et où nous pouvons choisir la Vie, en modifiant notre vision du monde et nos schémas: premier volet d'une conférence intitulée «Unir écologie intérieure et écologie extérieure» donnée par Michel Maxime Egger au printemps 2009.

Cet appel à un changement donne matière à réflexion par rapport aux votations de cet automne ainsi qu'une raison de plus pour participer à une action 350, le 24 octobre à Saint-Blaise. C'est aussi une idée qui chemine comme le montre une enquête sur les partisans de la décroissance dans le «Monde diplomatique».

Côté cinéma, plusieurs films traitant de la thématique de notre relation à l'environnement et la justice sociale sont sortis ces derniers temps dont: «le syndrome du Titanic» de Nicolas Hulot, «The Age of Stupid» et «La 11e heure, le dernier virage» de Leonardo Di Caprio. Les images splendides du film «HOME» n'ont cependant pas permis de dissiper un certain malaise pour certains…

Cet automne a été l'occasion pour nous de faire le point et relire relire notre parcours. L'occasion aussi de (re)découvrir des gestes de la plus grande simplicité, qui commencent par quelque chose qui ressemble à rien: ballade pour une âme perdue.

Pour Mark, comme pour chacun de nous, «Le Réseau c’est un puits où je trouve le sens de ce que je vis ailleurs, dans ma vie quotidienne»… à découvrir dans l'émission Passerelle.

Bonne lecture et cordiales salutations,

L'équipe du réseau solidarité