Réseau solidarité

Se ressourcer spirituellement - penser globalement - agir localement

Accueil > Qui nous sommes > Lettres > Hiver 2006
Catégories : échanger
Rédacteurs :
Thérèse Schwab
Mise à jour : 6 juin 2008

Lettre de nouvelles de l'hiver 2006

[sommaire des lettres de nouvelles]

«Tu croyais à la liberté individuelle, à ton droit de jouir de tout. Les ressources de la terre te paraissaient illimitées… Et puis un jour la réalité te rattrape: tu es face aux limites des ressources naturelles, aux changements climatiques, au problème des inégalités croissantes entre riches et pauvres.
Malgré ta peur, tu choisis de garder les yeux ouverts. Tu cries: «Seigneur Dieu de l’Univers ça ne peut plus continuer comme ça !» Tu ouvres ta porte, les problèmes du monde font irruption dans ta conscience. Vont-ils te submerger? Non, tu n’es plus seul, d’autres ont ouvert, chacun à sa manière, un petit coin de leur conscience et de leur vie et accepté de changer des habitudes.»

Un monde différent est-il possible?

De changements, il en est abondamment question dans les sujets de janvier-février sur le site.

  • Changements qui n’ont pas lieu lorsque chacun campe sur ses positions, même avec un rassemblement de 10'000 personnes, comme à la conférence de l’OMC à Hongkong en décembre dernier, lire «Pauvre monde».
  • Changement qui se fait quand un homme tourne le dos au monde de la compétition et de la productivité et , après des années de dur labeur, à l’écoute de la terre, trouve le moyen de transformer une terre aride en oasis, lire le «Conte des 1000 et une oasis».
  • Changement auquel nous sommes encouragés par les articles «Transformation de soi et transformation du monde» et «Développement durable et spiritualité». A savourer sans ménagement !

Les quelques mois que nous venons de vivre depuis la création du Réseau ont changé quelque chose d’apparemment banal mais qui est fondamental pour moi. L’engagement qui nous relie me donne chaque jour l’énergie d’être reliée aux autres et à la terre : par exemple lorsque j’ouvre mon robinet et que je pense à le refermer, je suis en lien avec mes compagnons et avec les femmes du désert qui portent leur eau sur leur tête et la ramènent chez elles, cruche après cruche. Les quelques litres économisés ne vont rien changer à la pénurie mondiale de l’eau. C’est moi qui suis transformée, qui deviens consciente de la grâce de l’eau et de la fraternité humaine.
Ou bien quand, renonçant à la croyance que je n’ai pas le temps, je décide de laisser la voiture au garage et de prendre le temps pour descendre au village à pied ou à vélo, je découvre tout à coup que j’ai le temps et que c’est bon de respirer l’air frais, de croiser des passants , d’être en contact avec la vie. C’est bon de vivre ça. Autrefois c’était impensable pour moi.

Deux date importantes devant nous:

  • le culte du 19 février que nous animerons en équipe et qui sera la «mise au monde» du Réseau.
  • un buffet–concert, le samedi 1er avril à 19h à Cressier avec des produits du terroir et du commerce équitable. La soirée sera animée par un jeune chanteur et un équilibriste.

et, la Vie Protestante de février va parler de nous !