Réseau solidarité

Se ressourcer spirituellement - penser globalement - agir localement

Accueil > Qui nous sommes > Lettres > juin 2010
Catégories : environnement, économie
Rédacteurs :
Thérèse Schwab
Mark Haltmeier
Publication : 24 mai 2010
Mise à jour : 21 juin 2010

Chers amis,

L'été arrive! Changeons d'air!

Tempête sur l'Euro, fin du secret bancaire, politiciens dépassés, précarisation de l'existence, difficulté de fixer de réelles priorités sur le plan climatique, nous donnent l'impression d'arriver à la fin d'un monde. Nous changeons d'ère et il est temps, selon le sociologue Patrick Viveret, de changer d'air, de lever le pied. Sa conférence qui invite à prendre de la hauteur et à «trouver un passage dans l’impasse» nous a paru assez porteuse d'airs nouveaux pour que nous la répercutions dans notre site de juin.

Le film de Coline Serrault «solutions locales pour un désordre global» qui vient de passer sur nos écrans, donne non seulement à réfléchir mais aussi à espérer et invite à l'action constructive. S'il dénonce de façon incisive les impasses dans lesquelles nous nous dirigeons dans le domaine agro-alimentaire, ce documentaire a la mérite de montrer des chemins de traverse possibles et souhaitables en nous faisant rencontrer des gens qui les ont empruntés avec succès, dans un esprit de «sobriété heureuse».

Les pressions exercées par les sphères politiques et l'OMC, comme par les grands distributeurs alimentaires sur le monde agricole, sont en train de provoquer une véritable tiers-mondialisation de l'agriculture et menacent la survie de bien des domaines. Il est temps de nous rendre compte de ce que vit l'agriculture aux prises avec la mondialisation, de soutenir des mouvements comme Uniterre et le concept de souveraineté alimentaire, tout en cherchant des alternatives à notre portée:

  • les contrats de proximité entre agriculteurs et consommateurs: A Saint-Blaise, s'ouvre un nouveau point de vente directe
  • l'encouragement de l’agrotourisme, comme ressource complémentaire, qui pourrait vous faire découvrir une ferme ancestrale dans les hauts du Locle tenue par une sympathique famille qui pratique en même temps…
  • la solidarité à l'égard de paysans burkinabés.

La marchandisation de la terre devient de plus en plus insupportable et suscite des cris de protestation:
nous les exprimons dans une lettre ouverte aux grands distributeurs alimentaires. D'une manière surprenante la main d'un petit enfant vient nous rejoindre et calme nos craintes.

Avec le temps de «vacances» (que l'on préférerait appeler temps de «présence» ;) qui se profile, nous vous invitons à une réflexion sur la façon de vivre ces moments ainsi qu'à la découverte d'un roman passionnant intitulé «La Cabane».

Nous vous souhaitons un été lumineux, au propre comme au figuré !