Réseau solidarité

Se ressourcer spirituellement - penser globalement - agir localement

Accueil > Qui nous sommes > Lettres > mars 2011
Catégories : social, politique, échanger
Rédacteurs :
Thérèse Schwab
Mark Haltmeier
Publication : 8 février 2011
Mise à jour : 9 mars 2011

Chers amis,

Pour entrer dans le temps de Carême, nous vous proposons la compagnie d'un homme d'une grande jeunesse d'esprit: A 93 ans, Stéphane Hessel, ancien résistant déporté à Buchenwald est l'auteur d'un livret tonifiant: Indignez-vous !

L'indignation qui a été un des moteurs déclencheurs du Réseau solidarité (cf. le cri du cœur) est d'actualité pendant cette période de Carême 2011, où la Campagne «L'extraction minière, un business indigeste» met en lumière à quel point notre progrès technologique est tributaire de l'exploitation des richesses du sous-sol de nombreux pays pauvres… mais à quel prix !

L'indignation demande un esprit éveillé et le courage d'affronter l'inconnu, nous dit l'allégorie de la grenouille. Si aller à contre-courant demande de l'énergie, le livre de Roger Nordmann offre des pistes éclairantes pour notre avenir énergétique.

Dès les origines du Réseau, l'énergie qui alimente notre indignation c'est l'amour. Elle se veut constructive et débouche sur l'action concrète, qui peut être aussi virtuelle qu'efficace.

Pendant la période du Carême, nous vous invitons à la partager en participant aux engagements suivants:

- Le soutien à la pétition adressée au Conseil fédéral pour exiger des lois contraignant les entreprises suisses actives dans l'extraction minière à respecter les droits humains;
- La semaine de Jeûne organisée du 28 mars au 3 avril à la chapelle de Cornaux;
- Le soutien à une campagne de réflexion sur l'Aide d'urgence demandée par quatre associations défendant le droit d'asile. Le court-métrage «Découragés mais encore là» est l'illustration de l'inadéquation de cette aide et de son manque d'humanité.

Des gens qui n'ont pas d'avenir dans leur pays et des populations affamées par les pouvoir économiques tout-puissants sont poussés à s'expatrier, mais quand ils parviennent à nos frontières, ils sont refoulés sous prétexte qu'ils ne sont que des réfugiés économiques… Il est donc urgent de comprendre que la source du problème se situe en grande partie chez nous et que ce n'est qu'à partir du moment où des échanges basés sur la justice verront le jour qu'il y aura moins de gens contraints à l'exil.

Toujours minoritaires au milieu de la grande masse, nous vous saluons avec ce vœu de Stéphane Hessel:

«Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous, d'avoir votre motif d'indignation.
Si aujourd'hui une minorité active se dresse, cela suffira, nous aurons le levain pour que la pâte lève.»

Dans le souffle d'amour du Christ Ressuscité,

Vos amis du Réseau solidarité