Réseau solidarité

Se ressourcer spirituellement - penser globalement - agir localement

Accueil > Spiritualité > Célébrations > Défi Michée
Catégories : politique, spiritualité
Rédacteurs :
Sylvie Perrin Amstutz
Publication : 22 novembre 2010
Mise à jour : 23 novembre 2010

10.10.10 - un temps de célébration et de partage

Nous vivons un moment unique dans l’Histoire. En ce début de millénaire, les intentions exprimées par les dirigeants mondiaux en ce qui concerne les pauvres rejoignent une partie des écrits prophétiques de la Bible et l’enseignement de Jésus, juste au moment où existent les moyens de réduire de manière significative la pauvreté.

Le mouvement «Michée» constitue une réponse chrétienne face aux besoins de communautés pauvres et opprimées. Cette réponse se fait l’écho du mandat donné dans Michée 6, 8: «Ce que l’Eternel demande de toi, c’est que tu pratiques la justice, que tu aimes la miséricorde et que tu marche humblement avec ton Dieu».

La vision du défi Michée lancé en 2004 est de voir l’Eglise engagée dans cette tâche biblique et d’exercer d’une part une influence sur les décideurs au sein de nos gouvernements pour qu’ils tiennent leur promesse - formulée au travers des objectifs du millénaire - et rendent des comptes quant aux actions prises dès l’an 2000. De l’autre, il s’agit d’approfondir l’engagement des chrétiens envers les pauvres.

La démarche du défi Michée c’est de dire à l’Etat: «Vous choisissez la valeur de justice, soit. Nous sommes aussi d’accord. Mais maintenant il faut être sérieux, il faut sérieusement chercher la justice. Il faut s’y engager à fond». Et à partir de là, les chrétiens et l’Eglise ont à se faire les gardiens des proclamations du pouvoir.

Jacques Ellul, Les Combats de la Liberté, Labor & Fidès, 1984

Le 10 octobre dernier, à Saint-Blaise, les paroissiens de l’Entre-deux-lacs ont répondu à l’appel du défi Michée 2010 en s’associant en prières et en actes avec 100 millions de chrétiens du monde entier sensibilisés à la même cause. Sous l’impulsion des membres du réseau solidarité, qui ont animé le culte avec le pasteur Jean-Philippe Calame, nos mains se sont élevées pour vivre une célébration qui a orienté nos cœurs vers ceux et celles qui souffrent d'un monde qui a du mal à partager ses ressources.