Réseau solidarité

Se ressourcer spirituellement - penser globalement - agir localement

Accueil > Spiritualité > Echanger > Croix lumineuse
Catégories : spiritualité
Rédacteurs :
Thérèse Schwab
Publication : 15 avril 2009
Mise à jour : 21 avril 2009

La croix de Saint-Damien

Sans savoir pourquoi, cette représentation de la croix a fasciné mon regard ces derniers temps. J'ai découvert qu'il s'agit de la croix de Saint-Damien peinte par un auteur inconnu dans la région d'Assise au XIIe siècle. Dans la chapelle de Saint-Damien en ruine, devant cette croix que François  d'Assise entendit l'appel: «Va et répare ma maison qui, tu le vois, tombe en ruine !» Appel qui fera de lui cette figure rayonnante qui nous parle encore aujourd'hui.

«La croix est aussi «croix de lumière»: à travers l’enfer, elle débouche sur Pâques...» (O. Clément)
Elle résume et inclut toutes les souffrances de l'humanité, elle porte en elle le germe de résurrection qui s'opère au cœur des heures les plus sombres que nous traversons.

«Aujourd'hui l'humanité fuit la mort mais multiplie en même temps les moyens de son propre suicide.
C’est pourquoi les chrétiens ont avant tout le devoir d’annoncer la grande joie de Pâques.
De l’annoncer et de la faire rayonner par la beauté de la liturgie et le témoignage des saints.
Par les dénonciations et les propositions des prophètes.

De l’annoncer et de la faire rayonner par les mots et les gestes de tous les jours, ceux de la prière, mais aussi ceux du métier, de l’art, de la tendresse, pour finaliser aussi la science et la technique.
De l’annoncer et de la faire rayonner en luttant patiemment contre toutes les formes de mort, aussi bien en nous, autour de nous, que dans la culture et dans la société.

Car la Résurrection du Christ n’est pas seulement une assurance renforcée de l’immortalité des âmes: elle veut embraser toute la terre, tous les êtres, toutes les choses, tous les instants, tous les visages, tous les corps, le brin d’herbe et la nébuleuse.
Tout doit trouver place dans le Corps glorieux du Ressuscité».

Olivier Clément, théologien orthodoxe, récemment décédé