Réseau solidarité

Se ressourcer spirituellement - penser globalement - agir localement

Accueil > Spiritualité > Echanger > S'indigner dignement
Catégories : social, politique, échanger
Rédacteurs :
Thérèse Schwab
Publication : 8 février 2011
Mise à jour : 4 juillet 2011

Dans la force de l'amour
et non dans l'impuissance du rejet

«Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous, d'avoir votre motif d'indignation» (Stéphane Hessel)

Je vous entends, Monsieur Hessel, et je partage votre souhait. Mais vous le savez, ce n'est pas facile de trouver le juste chemin pour mettre au monde cette indignation. Une indignation vécue à partir de la force de l'amour, et non dans l'impuissance du rejet. Une indignation qui n'est pas teintée de jugement, de mépris, d'auto-suffisance, de propre justice. Qui ne pointe pas un doigt accusateur vers l'autre.

J'ai longtemps hésité avant de lui faire une place dans ma vie. La critique, je connaissais. Mais l'indignation, je sentais que c'est plus fort, plus exigeant. Qu'elle demandait le courage de sortir de l'anonymat, de se déterminer, de se démarquer. Je doutais d'en avoir l'énergie, et j'écrasais mon malaise. Et puis un jour, n'en pouvant plus d'un monde emmené par tant de folie, un cri monte, presque malgré moi:

Seigneur Dieu de l’univers, je t’aime tellement que je ne peux plus supporter
de rester passif-ve, complice et seul-e devant les injustices des systèmes
dans lesquels nous vivons.

Ce cri reçu à travers le prophète Elie, a été l'élément déclencheur pour la création du Réseau-solidarité et il nous a inspirés dans la rédaction de notre charte.

«Je t'aime tellement...», le feu qui allume notre indignation et nous anime de l'intérieur, c'est l'Amour. L'Amour pour le Seigneur de la Vie, pour la Création, pour la vie humaine. Et la certitude qu'Il est Présent au milieu de tout ça et que Sa Présence fait une différence, et nous ouvre des possibilités de choix. Lui qui n'a pas réprimé ses colères, qui a chassé les vendeurs qui avaient envahi le lieu saint (Evangile de Marc 11.15-19). Et qui, l'instant d'après, y accueille les malades pour les guérir. Il nous montre le chemin d'une indignation qui débouche sur des gestes d'accueil, de guérison et de tendresse.

«Si aujourd'hui une minorité active se dresse, cela suffira, nous aurons le levain pour que la pâte lève» (Stéphane Hessel)