Réseau solidarité

Se ressourcer spirituellement - penser globalement - agir localement

Accueil > Spiritualité > Echanger > Troisième Avent
Catégories : spiritualité
Rédacteurs :
Thérèse Schwab
Publication : 6 novembre 2010
Mise à jour : 17 décembre 2010

12 décembre - Tu ouvres la porte du 3e Avent

Un ange passe

«L'ange Gabriel répondit à Marie: L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre lumineuse. C'est pourquoi l'enfant qui naîtra sera saint; il sera appelé Fils de Dieu». (Luc 1.35)

Dans les récits de Noël, les anges foisonnent: Zacharie, Marie, Joseph, les bergers, les mages vont tous être visités par eux.

Dans nos vies ils passent, souvent incognito...

Dans son «Petit traité de spiritualité au quotidien», Anselm Grün donne une liste de 50 anges; nous en avons repérés trois que nous vous présentons pour être symboliquement à vos côtés durant cette semaine.

Découvrez-les, puis choisissez-en un, laissez-le entrer chez vous. Vous pouvez signifier votre accueil en préparant un petit autel avec une fleur, une bougie, quelques branches.  Chaque jour vous vous y arrêterez un moment pour vous laisser toucher par l'ange et vous ouvrir à la rencontre.

A tout moment, pendant la semaine, vous pouvez exprimer vos vœux, vos besoins devant lui. Et, comme Marie, repassez dans vos cœurs ce qui vous sera inspiré pendant ce parcours.

 


L’ange de la lenteur

L’ange de la lenteur se propose de t’initier à l’art de vivre avec intensité, à l’art d’être, tout simplement. Essaie, pour commencer, consciemment, de marcher moins vite… En te promenant, essaie de percevoir chaque pas que tu fais; de sentir que tu touches la terre et que ton pied la quitte… Tu verras que tout alors devient symbole: même se défaire de ses vêtements, c’est se défaire du jour qui s’achève et de toutes ses peines… C’est ainsi que l’ange de la lenteur veut t’introduire à une vie consciente et attentive, et t’initier à l’art de célébrer ta vie comme une fête permanente.




L’ange du silence

L’ange du silence se propose de nous apaiser en faisant taire nos pensées, nos souhaits, nos besoins trop bruyants, afin que nous découvrions en nous un espace silencieux.
Dans le silence, nous pouvons reprendre notre souffle, déposer le fardeau des confidences d’autrui. L’ange du silence voudrait nous introduire dans cet espace à l'intérieur de notre âme auquel les autres n’ont pas accès, pas même ceux pour lesquels nous sommes là, normalement. Pour pouvoir nous engager sans angoisse dans le dialogue avec les autres, il nous faut communiquer avec cet espace intérieur voué au silence.

 


L’ange de la guérison

L’ange de la guérison fera de tes blessures un bien de grande valeur, il te conduira par elles dans les parts de ton âme que tu ignorais. Car là même où tu as été blessé, il te mettra en contact avec toi-même, avec ton être le plus vrai et tu seras rendu plus vivant.
L’ange de la guérison nous donne de dire «oui» à tout ce qui nous arrive. En t'ouvrant au fleuve de guérison que Jésus répand dans le monde, tu seras non seulement rétabli mais tu seras ouvert à ceux qui t’entourent, tu réagiras avec sensibilité quand ils te parleront de leurs propres blessures. 

 

 N'oubliez pas d'en choisir un !


Un peu d'histoire

Les anges sont les messagers de Dieu. La Bible est remplie d’histoires à propos d’anges. La théologie nous dit que les anges sont des êtres spirituels créés et des puissances personnifiées. Au travers des anges, Dieu est entré dans notre monde afin que nous puissions expérimenter sa présence de façon tangible. C’est au travers des anges que la Parole de Dieu vient à notre oreille. C’est au travers des anges que Dieu nous parle de manière personnelle. Lorsque Dieu s’adresse à nous, nous devenons véritablement des personnes, des vis-à-vis pour lui…

La proximité de Dieu est toujours une proximité guérissante. Elle nous fait du bien. Elle nous rend capable de devenir proches de nous-mêmes. Elle est aussi une proximité protectrice. Elle nous protège des dangers, qui nous assaillent de tous côtés. Elle nous donne un chez soi au sein d’un monde étranger. Ainsi je vous souhaite lectrices et lecteurs, observatrices et observateurs, que ces images et ces paroles ouvrent vos yeux à l’expérience de la proximité divine. Celle qui nous entoure toujours et partout, même au milieu d’un monde qui pourtant semble ne rien connaître de Dieu.

Extrait de l’introduction du livre «Bilder göttlicher Nähe», Felger/Grün, trad. Marlyse Bachmann