Réseau solidarité

Se ressourcer spirituellement - penser globalement - agir localement

Accueil > Spiritualité > Echanger > Un hameau dans une pinède
Catégories : spiritualité
Rédacteurs :
Thérèse Schwab
Publication : 4 février 2010
Mise à jour : 9 février 2010

Campagne oecuménique de carême 2010

Voici une des belles pages du calendrier 2010 de la campagne de carême qui peut nous rejoindre et inspirer notre démarche du Végi-Carême:

Un hameau perdu dans une pinède
Une maîtresse des lieux partage avec nous
son repas et celui de ses enfants: une orange.
Deux «gousses d'ail» pour chacun.
Même le chien a droit à sa ration.

Jamais repas ne fut si beau ni aussi douloureux.

Beau: elle a donné le peu qu'elle avait.
On ne pouvait refuser,
car elle offrait ce qu'il y a de plus grand:
sa vie, son amour, son humanité

Douloureux: nous allions rentrer en ville
et apaiser nos estomacs,
assister aux gaspillages sans scrupules
dans des rues peuplées d'affamés.

Nous ne serons plus jamais les mêmes!
Que faire pour devenir fraternels?

Herbert Mauricio, Alvarez Lopez

Jamais repas ne fut aussi beau ni aussi douloureux

Devant le geste de cette femme deux réactions sont possible:

  • impuissance et honte devant cette pauvreté dont nous nous sentons indirectement responsables;
  • admiration, émerveillement devant le geste de cette femme qui partage tout ce qu'elle a.

Dans le cadre de la démarche de végi-carême, proposée dans le cadre de la paroisse de l'Entre-2-Lacs (inviter - ou nous laisser inviter autour d'un repas simple au goût de fraternité), pourquoi n'inviterions-nous pas symboliquement la «femme de la pinède» à notre table? Nous pourrions poser une orange au milieu des convives, et lire le texte ci-dessus au début du repas, puis la partager, comme la femme de la pinède. Ainsi son geste porteur de vie, d'amour, d'humanité, nous reliera à elle.

Nous pourrons alors chanter ou prier:
«Bénis le pain de la terre
et qu'il soit aussi pour ceux qui sont affamés.
Que toute la terre obtienne
ta justice et ta vérité»