Réseau solidarité

Se ressourcer spirituellement - penser globalement - agir localement

Accueil > Spiritualité > Lire > Développement durable et spiritualité
Mise à jour : 15 juin 2010

Développement durable et spiritualité

Résumé d’un article de Lukas Vischer, dans Approches spirituelles de l’écologie, ouvrage dirigé par Frédéric Paul Piguet, Éditions-Diffusion Charles Léopold Mayer, 2003.

De plus en plus nous sommes conscients des menaces qui pèsent sur l’humanité… mais cette conscience ne nous fait pas changer d’attitude, nous continuons notre chemin comme s’il n’y avait pas de danger ! La crise est aiguë, car il faut faire face simultanément à une multitude de menaces (pollution, dégradation des sols, changements climatiques, pénurie d’eau, explosion démographique).

La notion de développement durable avait été formulée par le COE dans les années 70 déjà, puis reprise par la commission mondiale sur l’environnement et le développement et le sommet de Rio de 92; mais son impact est très limité. Et le débat politique l’a récupérée et vidée de son vrai sens : non plus la justice et l’environnement au centre, mais les besoins de l’économie au centre ; le développement plutôt que la durabilité. Le souci majoritaire est de pouvoir continuer dans l’orientation actuelle quitte à apporter quelques correctifs écologiques. Un vrai changement n’entre pas en considération. L’humanité (les pays industrialisés) est comme paralysée devant l’énormité de la tâche.

Illustration par les changements climatiques : Le verdict scientifique est sans appel, la température moyenne de l’atmosphère va augmenter de 3° d’ici la fin du XXIe siècle, même probablement de 6°, en grande partie à cause de l’activité humaine. Selon les scientifiques il est impératif de réduire considérablement les émissions de CO2. Une large partie des réductions peut être réalisée par des améliorations techniques… mais dès qu’il s’agit d’atteindre les objectifs exigés par la communauté scientifique il est impossible d’échapper à un changement de style de vie. C’est pour cela que les négociations piétinent… pendant que les conditions climatiques continuent de se détériorer, et les catastrophes naturelles de se multiplier.

Recours à la spiritualité ? Faudrait-il avoir recours aux Eglises et aux religions pour générer un élan porteur, pour donner une motivation plus profonde ? Les Eglises trahiraient leur mission si elles se contentaient de rassurer le société en lui procurant le «supplément d’âme» qu’elle cherche. Ce serait une religion béquille, qui donnerait aux pouvoirs politiques la «bénédiction» religieuse qu’ils cherchent. La spiritualité vraie remet en cause le fonctionnement actuel de la société; c’est une force subversive, elle implique une vision alternative de l’homme et de ses rapports avec le monde et conduit inévitablement à un style de vie radicalement différent.

La vision alternative

  1. Considérer que l’homme est créé non pas pour conquérir le monde, mais pour être responsable, c-à-d capable de répondre à l’appel de Dieu. Il partage avec les animaux le même habitat (6ème jour de la création) dont il est responsable; il fait partie de l’ordre créé et ne peut dépasser cette condition fondamentale.

  2. Dieu a créé l’univers selon une structure, une sagesse (Prov.8). Il faut retrouver le lien avec cette sagesse pour redécouvrir l’ordre inhérent à la création. La vie de l’homme dans l’univers dépend de l’harmonie avec l’évolution voulue par Dieu. Ce n’est pas qu’une question de comportement individuel; une spiritualité qui fait place à cette sagesse ne peut s’épanouir que si elle est communautaire.

  3. Nous pillons les ressources de la planète et la surchargeons de déchets, comme si elle était illimitée. La liberté vraie c’est celle qui reconnaît nos vraies limites de créatures, et qui rend capable de s’autolimiter. La survie de l’homme présuppose une reconnaissance de notre dépendance fondamentale vis-à-vis de Dieu et de sa création.

Dans tous les domaines, il faut retrouver l’harmonie avec l’ensemble de la création qui nous maintient en vie. La vision spirituelle du monde conduit à un renversement des valeurs dominantes et lance un défi à la société ; elle ne peut trouver son expression qu’à travers des mouvements de résistance; une résistance qui ne sépare pas, mais qui se situe au cœur de la société.

Ce mouvement de résistance va-t-il prendre de l’ampleur ? Nous ne le savons pas. L’avenir est entièrement ouvert. La Bible ne nous promet pas une issue heureuse de l’histoire humaine. Nous savons toutefois que «rien ne peut nous séparer de l’amour de Dieu». Ainsi donc la résistance inspirée de la sagesse a sa valeur en elle-même; elle cherche le changement, mais n’en dépend pas.

L'article est téléchargeable sur:
http://www.editions-mayer.com/index3.php
ou http://www.eclm.fr/source/pdf/originaux/12.pdf