Réseau solidarité

Se ressourcer spirituellement - penser globalement - agir localement

Accueil > Style de vie > Environnement > Empreinte écologique
Catégories : environnement, énergie
Rédacteurs :
Jean-Claude Schwab
Publication : 16 janvier 2010
Mise à jour : 9 février 2010

Invitation à calculer son empreinte écologique personnelle !

Le calcul de notre empreinte écologique personnelle est à la fois ludique et révélatrice; elle nous aide à voir concrètement notre propre dynamique dans le concert de l'excès de charge que nous opérons sur la Terre. Nous vous invitons à faire l'exercice, selon trois formes différentes:  wwf.ch, www.agir21.org et www.passerelleco.info

Voici quelques informations introductives sur cette instrument de mesure.

L'Empreinte écologique                              

L’humanité a besoin de ce que la Nature fournit. L’empreinte écologique s’est imposée comme le premier instrument mondial de mesure de la demande humaine sur la nature. Elle estime la surface minimale de terres dont une population humaine a besoin pour produire les ressources qu’elle consomme et pour assimiler les déchets qu’elle produit.

L'Empreinte mondiale

Aujourd’hui, l’Humanité utilise l’équivalent de 1,3 planètes chaque année. Cela signifie que la Terre a besoin d’un an et quatre mois pour régénérer ce que nous utilisons en une année. 
Des scénarios modérés des Nations Unies suggèrent que si la consommation et les tendances actuelles d’évolution de la population continuent ainsi, nous aurons besoin en 2050 de deux planètes pour subvenir à nos besoins.

L'Empreinte écologique de la Suisse

L’empreinte écologique de la Suisse est actuellement de 4,7 hectares globaux par personne, alors que la biocapacité de notre pays s’élève seulement à 1,6 hectare global par personne. L’empreinte écologique de la Suisse est donc près de trois fois supérieure à sa biocapacité. L’empreinte de la Suisse a plus que doublé depuis les années 1960: nous importons donc des ressources naturelles et nous exportons des déchets tels que le dioxyde de carbone. C’est ce transfert qui permet à la Suisse de consommer autant qu’elle le fait sans surexploiter dramatiquement son propre capital naturel. Notre consommation d’énergie est la cause principale de notre forte empreinte écologique. Elle en est responsable pour deux tiers et dépasse par conséquent de loin les autres facteurs. De plus, l’empreinte de l’énergie est celle qui a le plus augmenté au cours des dernières décennies.

Pour en savoir plus, voie le schéma présentant l'évolution de l'empreinte écologique de la Suisse depuis 1960.