Réseau solidarité

Se ressourcer spirituellement - penser globalement - agir localement

Accueil > Style de vie > Environnement > Un potager dans la paroisse
Catégories : environnement, spiritualité
Rédacteurs :
Sylvie Perrin Amstutz
Publication : 13 décembre 2012
Mise à jour : 21 février 2013



Et si on semait ?

Sous l'impulsion de quelques membres du réseau solidarité,
un projet a grandi, au fil de saisons, avec les enfants
de la paroisse de St-Blaise du printemps à l'automne 2012:


Cultiver un jardin potager
pour la communauté

 

Transmettre un héritage

Un jardin pour apprendre à travailler la terre et transmettre cet héritage aux jeunes générations, pour placer le miracle de la vie sous notre regard, prendre soin, cueillir et célébrer un culte des récoltes!

Se réapproprier le lien à la terre

Avec des semences locales et non hybrides, avec du terreau issu de compost et sans engrais chimiques, au milieu du village...pour se réapproprier un petit lopin de terre là où c'est possible !    

 

Nous le savons, la Création ne nous appartient pas puisque elle nous est prêtée, le temps d’y cultiver un jardin, des relations…

Nous le savons, la terre, le végétal, l’animal et l’humain sont  unis et indissociables, nos grands-parents agriculteurs ou vignerons le savaient bien.

Oui, nous le savons, notre monde produit, vite et beaucoup et oublie que la terre qui nous nourrit trésaille et s’appauvrit quand on la brusque.

Nous le savons, mais du bout des lèvres, la terre est sacrée et l’être humain a une responsabilité à l’égard du vivant.

 

Prendre soin de la terre - une urgence

Il devient urgent de reconnaître que la dénomination de «terre-mère» n’est pas une métaphore symbolique, mais une évidence objective.

On ne peut plus demander davantage de poissons, d’arbres ou de terres fertiles, tout a déjà été donné et même avec abondance.

Nous devons maintenant –et plus que jamais- nous lever et mettre tout en œuvre pour soigner, entretenir, partager la terre, cultiver un petit lopin là où c’est possible pour transmettre à nos enfants le savoir de la terre avant qu’il ne se perde.

Nous devons protéger nos vergers du béton, nos variétés locales des semences brevetées, nos rivières de montagne des barrages, nos prairies pour que les abeilles reprennent courage…

Encore plus que d'autres, nous savons que les biens de la terre nous parviennent comme des offrandes que chaque saison nous apporte avec abondance. Et nous voulons, nous aussi, maintenant, entrer dans notre champ et semer d’une main joyeuse pour être des passeurs de vie et d'espoir.