Réseau solidarité

Se ressourcer spirituellement - penser globalement - agir localement

Accueil > Style de vie > Gestes quotidiens > La crise des Pères Noël
Catégories : environnement, spiritualité
Rédacteurs :
Thérèse Schwab
Publication : 30 octobre 2008
Mise à jour : 15 décembre 2008

La crise des Pères Noël

Saynète créée et jouée dans la chapelle d'Enges, pour le premier Avent 2007, dans le cadre de la démarche «Noël autrement» du Réseau solidarité.

                                                                  

Quelques mamans-anges (toutes les mamans ne sont-elles pas un peu «anges» à certains moments?!) préparent en bavardant la fête et décorent le sapin sous lequel se trouvent les souliers des enfants.
Les Pères Noël arrivent depuis le fond de la chapelle et saluent les mamans: le premier revient des pays lointains, le second du Pôle Nord et le troisième du ciel.

                                    

Le premier Père Noël revient des fabriques de diverses fabriques de jouets:
(P= Père Noël   A= Maman-ange)
P1. Voyez, les amis, je n’ai rien. Ma hotte est vide…
A1. Elle est vide? mais c’est une catastrophe!
P.  Eh bien vois-tu je suis parti m’approvisionner à l’autre bout du monde
A1. A l’autre bout du monde? ça fait loin dis...
P1.  C’est là que se fabriquent la plupart des jouets que les bambins adorent: les Barbies avec leur silhouettes de rêve, leurs toilettes de princesse, les craquantes peluches de Walt Disney…
A1. C’est étonnant, ils paraissent plutôt américains ces jouets-là.
P1. Oui, mais ils coûtent moins cher là-bas. Seulement quand j’ai vu ce qui se passait dans les usines, ça m’a découragé.
A1. Qu’est-ce qu’il s’y passe?
P1. Les ouvrières travaillent depuis tôt le matin jusqu’à tard dans la nuit pour gagner quelques petits sous. Souvent elles sont obligées de décorer les jouets avec des peintures qui contiennent du poison, mauvaises pour la santé. Elles sont mal logées, mal nourries… Cela m’a tellement troublé que je suis reparti sans rien.
A1. Je vois le problème…mais je crains que nos enfants soient bien malheureux demain matin s'ils trouvent leur soulier vide.

                                       

Le 2e Père Noël revient du Pôle Nord
P2. Eh bien moi aussi, voyez-vous, je reviens sans rien. Je suis monté préparer mon attelage au Grand Nord pour retrouver les rennes et préparer mon traîneau.
A2. Chouette ! Est-ce que tu as vu le P’tit renne au nez rouge? Elle fredonne: «Le p’tit renne au nez rouge, ah comme il était mignon…»
P2. C’est sûr que je le connais mais cette année, j’ai vu un spectacle qui m’a sidéré: l’étendue de la banquise avait nettement fondu que je voyais des plaques de glace dériver sur la mer. J’ai vu un ours blanc qui se noyait parce qu’il ne trouvait plus de sol glacé où se poser.
A2. On est au courant… c’est à cause du réchauffement climatique.
P2. Exactement. Et une des causes de ce réchauffement, c’est les montagnes de déchets qui sont brûlés dans les hauts-fourneaux, et ça tout spécialement au temps de Noël.
Alors, voilà, je n’ai pas eu le cœur de sortir mon traîneau et je suis venu à notre réunion à pieds.
A2. Mais les enfants, qu’est-ce qu’ils en peuvent?

On entend – au loin - des enfants qui chantent
«Petit papa Noël»
Tous les acteurs se bouchent les oreilles et se lamentent.

P2. On n’a rien à leur apporter. On ne peut quand même pas les laisser comme ça. Imagine: ils se lèvent le matin de Noël et trouvent leur soulier vide. On ne peut pas leur fait ce coup !
P1. C’est vrai, c’est malheureux, ils n’en peuvent rien… Mais moi j’en ai ras la hotte de déposer devant nos âtres des jouets qui sortent de ces usines pourries.
 
                                         

Le Père Noël qui revient du ciel se présente
P3. Moi, comme vous le savez, j’arrive du ciel. De là-haut on a une vue d’ensemble sur la terre.
A3. Cela doit être un spectacle merveilleux.
P3. Oui c'est d'une beauté qui vous coupe le souffle. Mais en regardant la Terre, il y a quelque chose qui m’a alerté: dans le Nord, tout est éclairé, il y a des routes, des voitures, des belles maisons, des chambres d’enfants pleines de jouets.
A3. Oui, c’est vrai qu’on a de la chance de vivre ici, d’avoir tout ça…
P3. En effet. Pourtant, dans les pays du sud, j’ai vu des ribambelles d’enfants, pieds nus, mal vêtus jouant avec des petits jouets qu’ils fabriquent eux-mêmes. Et le plus étonnant, c’est qu’ils ont parfois l’air plus heureux que bien des enfants d'ici. Par contre il y en a d’autres qui sont tellement pauvres qu’ils meurent de faim.

                                       

Les mamans-anges se posent des questions
A1. C’est étrange, ça fait 2007 ans qu'un petit gars est né dans la pauvreté, quelque part en Palestine (entre le mur anti-terroriste et l'autre mur, celui des lamentations). Et on fête son anniversaire en célébrant le culte de la consommation et des dieux de l'emballage…
A2. …sous un sapin décoré et sous l'œil bienveillant d'un autre gars, venu de Laponie sur son traîneau nous chantons et nous nous offrons des cadeaux mutuellement.
A3. Il paraît qu’il est remonté au ciel, le petit gars pour qui on prépare la fête. On pourrait peut-être essayer de le contacter pour lui demander ce qu’il en pense. On pourrait l’interroger….
Les mamans se tournent vers le fond pour consulter le ciel
Musique
……………………
A1. Voilà ce que nous avons compris:
Le petit gars il s’appelait Jésus. Il nous dit qu’il ne s’y retrouve pas dans bien des banquets organisés au jour de sa fête.
A2. Il lui semble qu’il y a un malentendu: il est venu dans la pauvreté et croyait avoir montré par sa vie et par sa mort le chemin du vrai bonheur. Nous ne l’avons pas compris.
A3. Mais il ajoute: je ne peux abandonner la terre, je l’aime trop. Je veux renaître cette année encore, loin des spots publicitaires, incognito… dans les cœurs de ceux qui m’attendent et m’espèrent.
Parcourez la terre et allez voir si vous trouvez des hommes, des femmes, des enfants qui m’attendent encore et cherchent à travailler pour un monde différent.

Musique
……….
                                           

2. Les anges reviennent
A1. L’amour existe encore sur la terre: J’ai vu
- plein de familles où on s’aime
- une jeune femme qui a quitté son pays pour rejoindre son bien-aimé dans une terre étrangère, recommencer sa vie à zéro, par amour
-un père qui a renoncé à sa carrière professionnelle pour être avec ses enfants

A2. Et moi, dans la ville, j’ai trouvé
- Des aumôniers de rue qui offrent un abri aux paumés
- Des musiciens qui jouent les musiques qui ressemblent à celles du ciel.
- J’ai entendu parler d'agriculteurs qui trouvent des moyens pour cultiver la terre sans la polluer.
- Des travailleurs qui défendent les droits des étrangers
- Des banquiers qui utilisent les bénéfices pour aider les pauvres
 
A3. (arrive avec une liste de cadeaux écologiques et la tend aux anges)
- Regardez, les Pères Noël, j’ai trouvé plein d’endroits où on vend des jouets qui aident à inventer, construire, créer ensemble un monde meilleur. Et qui sont bons pour la terre.

Les 3 Pères Noël parcourent la liste

P1. Eh bien oui… Il y en a pour tous les âges.
P2. Il y a même des jeux pour apprendre à partager et à prendre soin de la terre. Et en plus ils sont fabriqués dans le respect des travailleurs.
P3. Voilà ce qu’on va leur offrir. Allons-y, il n’y a pas de temps à perdre.

Les 3 P partent en chantant
«Cette nuit
tchibidoubi
tous les enfants
tchibidouba
seront heureux
tchbidoubeu
sans ex, sans ex, sans exception
Babidou Bidou Boudou Bong»

Les mamans poussent un soupir de soulagement.
A. Alors vive la fête !